Eglise St-Germain - historique

L’église St-Germain est l’ancienne église paroissiale de Porrentruy. Elle a été construite au début du XIIIe siècle à l’emplacement d’un édifice plus ancien. Par la suite, la construction des remparts autour de la ville a laissé l’église St-Germain hors les murs. Le bâtiment, agrandi vers l’ouest et réaménagé dans un style baroque au XVIIe siècle, a fait l’objet d’une restauration complète en 1958/61.

Le chœur de l’église, qui s’ouvre par un arc triomphal brisé, est voûté sur croisée d’ogives. C’est un bon exemple de la transition entre les styles roman tardif et gothique primitif. Les ogives de la voûte, ornées de boutons, retombent sur des chapiteaux feuillagés, sans doute des remplois de l’édifice antérieur. Les deux fenêtres cintrées du mur oriental sont des reconstitutions.

Le calvaire du mur nord du chœur provient de l’ancien oratoire qu’on appelait « Les Crucifix » et qui était situé au carrefour « Sur-les-Ponts », non loin de l’église St-Germain. Il date de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIE siècle.

La petite chapelle nord, dédiée à la Vierge et à Saint Georges, a été fondée par Bourquard de Tavannes en 1427. Elle est également voûtée sur croisée d’ogives. Dans l’angle nord-ouest, l’ogive retombe sur un culot figuré. Belle dalle funéraire de style Renaissance à la mémoire de Jean de Tavannes mort en 1549, « derrier de sa rasse ».

Le plafond de la nef a été reconstitué dans des formes de 1700 environ. Quant au sol, il est constitué en partie de dalles calcaires et de pierres tombales datant du XVIe au XVIIIe siècle.

Sur les deux autels latéraux, remarquables statues de style gothique : à droite, Vierge à l’Enfant, de la fin du XIVe siècle, d’origine rhénane ; à gauche, sainte Anne, de la fin du XVe siècle, et à côté, saint Germain, vers 1500.

Les peintures murales qui décorent les murs de la nef ont été découvertes lors de la restauration de 1960. Elles datent des années 1700 environ. On distingue sur le mur de l’arc triomphal des vestiges d’un Jugement dernier. Sur les murs nord et sud, les scènes sont entourées de grands encadrements à volutes. On reconnaît, côté nord, le Baptême dans le Jourdain, deux saints, l’Adoration des Mages ; sous la tribune, la Sainte Famille ; côté sud, Jésus guérissant un malade et la Résurrection.

Les vitraux, qui représentent la Vierge à l’Enfant, Saint Germain et Saint Nicolas, sont des copies réalisées en 1970. Les originaux, du milieu et de la fin du XVe siècle, qui avaient été vendus au Musée historique de Berne en 1901, sont au Musée de l’Hôtel-Dieu de Porrentruy, revenus dans le Jura en 1995 au titre du partage des biens culturels entre les Cantons de Berne et du Jura. La chaire, de style Louis-XIV, date du XVIIIe siècle.

Les fonts baptismaux, du milieu du XIVe siècle, sont ornés de remplages aveugles. Les deux statues au fond de l’église, Saint François-Xavier et Saint Louis de Gonzague, proviennent de l’église des Jésuites (vers 1680). Sur la tribune, du XIXe siècle, orgue de la Maison Kuhn, 1968.

A l’extérieur, adossé à la façade ouest, crucifix du début du XIXe siècle, par Jean-Pierre Glorieux, de Delle.

Le cimetière St-Germain, étant devenu trop petit, a été abandonné en 1884. Parmi les nombreux monuments funéraires, essentiellement néo-classiques et néo-gothiques, on remarque ceux de plusieurs personnalités jurassiennes du XIXe siècle.